Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Stephane Claude CUNY
  • : Tout jeune je dessinais et me destinais pour la profession de Tailleur pour homme... Alors pendant mon apprentissage au sein de cette institution professionnelle et dans le cadre des de la formation en arts plastiques, je devais transcrire le sujet offert, avec ma propre vision...
  • Contact

Profil

  • Stephane CUNY
  • TRENTE DEUX ANS DE CRÉATION PICTURALE Autodidacte, j'ai exposé pendant dix ans au Salon des Artistes indépendants, au Grand Palais des Champs-Elysées à Paris... Depuis le premier janvier 2007, ma peinture prend une nouvelle orientation...
  • TRENTE DEUX ANS DE CRÉATION PICTURALE Autodidacte, j'ai exposé pendant dix ans au Salon des Artistes indépendants, au Grand Palais des Champs-Elysées à Paris... Depuis le premier janvier 2007, ma peinture prend une nouvelle orientation...

Recherche

Archives

26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 06:03

Croquis-Printemps-III.jpg

Technique employée

Ancien élève du Lycée Technique du Vêtement à Paris, dans le onzième arrondissement, j’ai appris les techniques consistant à croquer les modèles masculins, dans le but de réaliser un costume sur mesure. La technique du dessin, avec un maximum de matériel, était encouragée : Crayon, stylographe à plume ou à bille, feutre et enfin la peinture unicolore par grands traits, pour réaliser une silhouette. Puis, il fallait remplir la forme grossièrement réalisée par un motif coloré qui était sensée représenter le tissus.

Le style

Après avoir longuement cherché ma voie picturale, j’utilise cette technique pour réaliser les toiles d’aujourd’hui :

Un tracé grossier et foncé, que je remplis de couleurs vives ! Les motifs son colorés et surlignés de sombre, pour en intensifier le relief.

Pourtant majorité des œuvres présentées sont des huiles, qui utilisent différentes techniques liant intimement la matière au support, avec une méthode hiérarchisée et chronologique.

La matière

Lorsque j’ai débuté, j’employais beaucoup de pigment, le couteau donnait des effets de volume. Je recherchais le contraste entre les aplats et les reliefs mis en évidence par l’épaisseur de la matière. Mes plus anciennes toiles étaient plutôt sculptées. Enfin, j’utilisais la brosse et les doigts, pour obtenir des estompes et lier les couleurs en douceur. Je privilégiais le pigment, par rapport au support.

Le support

Après avoir mis de côté la peinture pour découvrir d’autres techniques, notamment l’informatique, j’ai eu la chance de parcourir l’Europe Centrale et m’inspire aujourd’hui de ce que j’ai vu pendant ce parcours « initiatique » à l’art populaire. En effet, les peuples d’Europe Centrale utilisent la couleur pour orner leur quotidien. Que ce soit les imprimés ou broderies des tissus, les peintures sur meubles, portes de ruches et sur les différents édifices, ils mettent en valeur le support, sur lequel ils appliquent des pigments, en quantité limitée, pour magnifier plutôt que recouvrir.

Alors, m’inspirant entre autre de différentes techniques, je laisse au support sa part de noblesse, préférant voir la toile colorée que de voir de la couleur sur un soutien indescriptible. En effet, mes toiles, recouvertes d’un enduit léger, Ce dernier laisse transparaître l’armature du tissu (ne pas oublier que ma première passion est le travail des étoffes), ensuite, outre les tracés parfois recouvrant, je pose mes pigments à la manière d’un aquarelliste : peu de matière et beaucoup de diluant à base de pétrole ou d’essence de térébenthine. Je laisse parfois les tentes se mixer entre elles, ou encore je les pose les unes après les autres, après séchage, afin de permettre à la lumière de développer l’effet de transparence sur la blancheur de la toile.

Hiérarchie, chronologie des teintes

Si cette technique s’apparente à l’aquarelle, il n’y a pas d’eau car je ne « mouille » pas le support, parfois je pose le diluant puis quelques touches de pigment et le mélange se fait naturellement. Mais contrairement à la technique de l’aquarelliste, je pose mes teintes, des plus foncées aux plus claires et pour éclaircir une teinte foncée, je dilue cette coloration par application de pétrole et frotte ma brosse sur la toile par un mouvement circulaire, laissant apparaître la toile blanche, à peine teintée. Ce qui donne certains volumes avec peu de matière.

La touche finale et la signature

J’utilise très peu de couleur blanche, sauf pour donner un effet de brillance à la lumière, ou quand je n’ai pas pu réaliser l’effet de transparence désirée, car le pigment traité au diluant, sèche très vite. Quant à la couleur noire, en dehors des croquis, elle ne me sert jamais, car je lui préfère les bleus, verts et violets sombres.

Enfin, la signature, fais parfois partie intégrante de la toile, quand elle est posée à même l’enduit, lors de la réalisation du dessin, à peine recouverte de pigment. Elle est parfois réalisée au stylo feutre, juste avant le vernissage de la toile.

Nantes, le 26 mars 2008-03-26
Stéphane CUNY - (l’homme aux pieds de caoutchouc)

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 06:20

Il y a une période, dans son existence où, face à de grandes épreuves, l'a souffrance ou l'approche de la mort, où on s'accroche à la première "bouée" qui se présente.Jesus.jpg Mon meilleur ami, Jean-Luc avait renoué avec la religion chrétienne salvatrice.

Il était en fin de vie et cette fin de vie était terriblement cruelle : son corps perdait peu à peu les facultés de défense et les maux les plus bénins, avaient de funestes conséquences. Sa maladie s'est déclarée deux ans avant sa mort et je crois que pendant sept cent trente jours, il devait saisir le moindre petit souffle de bonheur et compter chaque seconde que lui offrait cette vie qu'il savait perdue. Son ultime refuge était Dieu.

Quelques années plus tard, j'ai peint cette toile en souvenir lui. Mon ami est mort sans l'avoir vue... Cette preprésentation du Christ je l'ai vendue en 1987... Connaissant bien l'acheteuse de la toile, qui est une excellente amie (et qui le connaissait), je sais que là où elle se trouve, à la lumière, elle restitue l'image de mon ami Jean-Luc...

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2007 4 13 /12 /décembre /2007 06:46

Qui m'aurait dit qu'un jour je publierai un article sur
la pêche à la mouche ?

IMG_2850.jpg

Surtout dans un site dédié à la peinture...

L'art de la pêche m'est totalement inconnu, mais un vieil ami (un petit jeune de cinquante ans) publie son Blog sur ce sujet. Je vous invite à le visiter : Une véritable bouffée d’oxygène !!!

http://mouches-arts.over-blog.com/

Depuis tout petit, je crois qu’il était déjà passionné par l’art de la confection des mouches pour la pêche au lancer. Il venait de terminer son service militaire, lorsque nous nous rencontrions, le passionné de mode, j’imaginais ses mouches sous forme de broches sur des bérets ou des chapeaux… Mais ce n’était pas son seul talent, car il avait également avait un don extraordinaire et pouvait créer toutes sortes d’objets insolites et impressionnants, comme la tasse renversée (dont le liquide était élaboré par ses soins et solide), qui pouvait se placer à n’importe quel endroit et donnait l’illusion d’une maladresse ! C’est un homme plein d’humour.

Laurent dessine (il est aussi caricaturiste et visionnaire), il peint également. C’est un véritable artiste en perpétuelle ébullition. Il se passionne pour tout ce qui l’entoure et ne reste jamais impuissant devant quoi que ce soit, même pas devant la technologie… Amoureux de la nature, il est de ceux qui la respectent réellement avec un comportement qui est toujours en accord avec ses principes. Si tous les écolos avaient ses qualités, je voterai pour !!!

Alors je vous recommande chaleureusement son site, tout neuf et qui promet déjà d’être un puits d’informations pour ceux qui s’intéressent à cette méthode de pêche et à tout ce qui touche à la nature.

Alors, mon cher Laurent, comme en France, tout doit être classifié, mis dans des cases, permets-moi de classer la beauté de tes mouches dans « l’art populaire ».

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 14:42

Artiste autodidacte (ou bien anti-académique), durant toute sa vie, il apprend son art par l’observation et même si ses traits souffrent de quelques défauts, son dessin ou sa peinture sont issus de sa propre interprétation de ce qu’il voit…undefined

 

Aurait-il quelque insolence à proposer des dessins inclassables  à des artistes confirmés ou bien leur donner la moindre leçon ?

 

 

Je ne trouve pas puisque l'art pictural est une manière d'expression comme tout mode de communication qui permet à l'émotion d'être véhiculée et ainsi, de toucher d'autres personnes sensibles à tel ou tel style...

 

 

A tous ces artistes insolents de l'insolite, je souhaite la bienvenue dans ce groupe des Artistes autodidactes indépendants...

 

 

Il y a peu de temps où je proposais mes toiles à un galeriste, ce dernier  me faisait remarquer que je n'étais ni professionnel et me disait cette phrase : "A chaque putain son bordel !"... Autrement dit : "Reste t'amuser dans ta cours au lieu de jouer dans la cour des grands !"... A cela je répondrais que je peins depuis ma plus tendre enfance, avant même de savoir marcher, je posais les traits et les couleurs sur le blanc immaculé et qu'aujourd'hui, à cinquante ans, légitimement, je désire faire connaître mon travail...

 

Alors si comme moi, vous avez quelque chose à exprimer, un besoin d’être connu ou reconnu dans ce qui vous touche au fond du cœur : votre travail d’artiste autodidacte et indépendant, faîtes le, dans le respect de l'autre, voici la seule restriction : Le respect de celui qui se trouve en face de l’œuvre. Si l’œuvre devait le troubler, un minimum d’explication s’impose, afin d’emporter son approbation. Mais dans la vie, rien n’est rose, on ne plait pas à tout le monde et celui qui ne se reconnaît pas dans cette forme d’art, a tout le loisir de détourner son regard.

 

Ce n’est pas parce que nous n’avons pas appris notre art au sein d’écoles prestigieuses que nous ne sommes pas dignes d’un minimum de respect ou de considération. J’ai pour ma part rencontré ceux qui m’ont donné le goût de peindre et m’ont guidé dans cette voix et par ma peinture, je voudrais leur rendre hommage.

Stéphane CUNY

 
Partager cet article
Repost0
2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 06:21

Étant actuellement dépourvu d'un système informatique performant, j'éprouve des difficultés à mettre à jour mes articles en les illustrant d'images. Alors vous pouvez contempler les dernières toiles dans l'album : "Fleurs 2007" ou vous rendre tout simplement sur mon autre site plus généraliste :

www.pieds-caoutchouc.com.

Ce site est en effet un conglomérat d’histoires personnelles directes ou non, qui ont influencé ma peinture.

Je vous le recommande vivement, car dans ce site, j’y raconte mes voyages en Europe et les rencontres humaines qui émaillent mon existence depuis cinquante ans… L’influence des cultures que je côtoie, tant de ce que je mets sur mes toiles ou encore dans l’élaboration de mon atelier. En effet, cet atelier, loin d’être une demeure, rassemble ce que je fais dans un décor de théâtre bucolique, inspiré des alpes autrichiennes, des Tatras de Slovaquie, des cristaux de bohème, des fourrures des forets de Slovénie, des cuivres ouvragés de Bosnie et enfin des cabanes de chasseur hongrois. Tellement les quatre ans pendant lesquels j’ai vécu dans cette région d’Europe Centrale laissent en ma mémoire des traces indélébiles dont je conserve la nostalgie…

Enfin ce site est donc le complément naturel et plus intimiste de :

www.atelier-stephane-cuny.com

Ce dernier est essentiellement orienté sur la peinture

 
Partager cet article
Repost0
25 octobre 2007 4 25 /10 /octobre /2007 08:48
Alors qu'il existe une société des Artistes indépendants, qui permet à quiconque d'exposer des oeuvres à Paris, pourquoi ne pas créer un mouvement d'artistes autodidactes qui ne se limiterai pas qu'à lhexagone, mais exposerait dans les capitales d'Europe, dans un premier temps, des oeuvres d'artistes qui n'ont appris leur art que par des moyens indirects et notamment par leur travail incessant, le fruit de leurs échanges avec d'autres artistes autodidactes ?

Il ne s'agit pas de créer un autre salon des indépendants, ni une association vérouillée où des conflits d'intérêts pourraient ternir les meilleurs relations, mais un mouvement, une philosophie progressiste et humaniste, qui vise à promouvoir l'idée, qui se concrétise en art...

Vaste sujet à développer, non ?

Bien cordialement.
Stéphane CUNY
Partager cet article
Repost0